Oldtimer Reportages

Visite de la Oldtimerie à Libramont.

Ma Lancia Delta a fait l’objet en 2020 d’une rénovation mécanique chez Epoca-Ricambi, un atelier agréé “Lancia Classiche“. En 2021, je décide d’entreprendre la rénovation de la carrosserie.
Les points de corrosion de la carrosserie de la Delta sont connus: bordure de toit arrière, sous-châssis arrière, périphérie du pare-brise ainsi que des dégâts aux seuils de caisse.

Et je me mets à la recherche d’un carrossier intéressé par les voitures anciennes et par les italiennes surtout (Hé oui, ce n’est pas du goût de tous). Certains carrossiers refusent carrément, d’autres se disent intéressés et examinent la voiture. Mais malgré une relance, ils n’envoient jamais le moindre devis, même approximatif. C’est en élargissant mon périmètre de recherche que je découvre la Oldtimerie à Libramont.

Je rencontre le chef d’atelier et le carrossier. Le courant passe et je reçois un devis. Ils ont bien étudié ma demande, l’ont comprise et acceptée. Je leur confie le chantier avec un souhait: celui de suivre le travail étape par étape.

Voilà pour l’histoire, parlons maintenant de la Oldtimerie ou plutôt de la passion de l’équipe pour les véhicules ancêtres. Les membres fondateurs de la Oldtimerie sont l’expérimenté Pierrot Huberty (PH), Jérôme, son fils, et Florent Maquet (FM), le chef d’atelier, véritablement passionné de voitures anciennes depuis l’adolescence.

Voici l’interview, en exclusivité pour Retromoteurs.be.

Quelle est l’origine de votre passion pour les voitures anciennes ?

PH: J’aime la compétition, le rallye et j’ai participé à des courses de côte des années 70. Comme pilote ou co-pilote. A cette époque, les voitures, qui avaient un peu de tempérament (Renault 5 Turbo, Alpine), étaient gonflées pour être compétitives.
FM: J’ai 26 ans et 9 ans d’immersion dans le monde automobile (déjà). J’ai étudié la mécanique automobile dans une école d’Arts et Métiers mais je me suis pas emballé par l’entretien des voitures modernes. Alors, je consacre mon temps libre à la restauration d’une VW Coccinelle, j’y prend goût c’est parti.

Comment est né le projet de la Oldtimerie ?

PH: Je regarde mon métier avec une vue à long terme. Être concessionnaire d’une marque est devenu un métier en sursis. De moins en moins d’entretien, l’électrification, les méthodes de vente directe façon Tesla. Mon garage a bonne réputation, et en 23 ans d’existence, j’ai constitué une bonne base de clients.
FM: Je constate un intérêt grandissant pour les voitures anciennes de toutes marques: Peugeot 404, Simca Rallye, DKW,…et pour les histoires de sorties de grange.

Quels ont été les investissements ?

PH: J’ai affecté un ancien show-room à la Oldtimerie et l’atelier de carrosserie existant a été équipé d’un outil d’aérogommage (procédé de nettoyage de carrosserie sans sablage, par pulvérisation de micro-particules de gomme). La Oldtimerie utilise également le décapage cryogénique (projection de glace carbonique).

Quels ont été les premiers projets ?

PH: Mes premiers clients sont venus par des voies diamétralement opposées; une grande affiche sur la route de Dinant, un site Web et des clients de la concession.

Quels ont été des cas difficiles ?

PH+FM: Une Mercedes-Benz de 1979 dont l’allumage était semi-électronique.

Quelles sont vos plus belles réalisations ?

FM: Une MG TD, une NSU Prinz 1200 TT.

Comment définissez-vous votre client type ?

Les personnes qui attribuent une valeur sentimentale à un véhicule ancien (voiture de parents, 1ère voiture,…), les clients fidèles et les passionnés.

Si vous recherchez un partenaire de confiance pour votre projet de restauration de voiture ancienne, pensez à la Oldtimerie. Grâce à cette belle équipe, votre oldtimer retrouvera l’éclat de sa jeunesse.

Lien vers La Oldtimerie

Note. Cet article est 100% rédactionnel. Retromoteurs ni moi-même ne recevons que les remerciements des intéressés. Notre objectif est uniquement d’informer.

Michel FERONT

Je suis passionné de moteurs et de voitures anciennes.
Lorsque j'étais enfant, je vantais la qualité des moteurs Sachs qui équipaient les motos que mes parents vendaient. Cette passion ne m'a jamais quitté, malgré une carrière dans le secteur de l'informatique, où les moteurs sont remplacés par les processeurs.
Dans mon village, je suis connu comme le mec qui "fait" dans les vieilles voitures, ....

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire