Une araignée appelée Alfa Romeo Duetto

Présentation

Pourquoi et comment présenter un cabriolet dont les magazines de voitures anciennes parlent régulièrement en vantant son attrait ? En cherchant ce que vous ne savez pas encore, à moins que vous soyez un Alfiti.

La voiture a été dessinée par Pininfarina. Elémentaire mon cher Watson, alors quoi d’autre ?

Quand cette voiture a été présentée au Salon de Genève de 1966, le nom de ce spider n’était pas attribué. Un concours ayant pour thème “Donnez-lui un nom” a été organisé. Le nom “Duetto” (Duo) a été choisi parmi 140.000 suggestions et le vainqueur a reçu une Duetto.

Produite pendant 26 ans, cette voiture détient le record de longévité d’un modèle italien (*).

L’Alfa Spider revient régulièrement à la Une des magazines de voitures anciennes comme Classic & Sports car (UK) et Autos Classiques Plus (FR). Le Spider Duetto est alors souvent comparé aux anglaises (MG B, Triumpf TR6) ou aux autres italiennes (FIAT 124, Lancia Fulvia).

Les avis sont partagés entre le charme italien et l’ambiance boisée “british”. Je serai partial en affirmant que la sophistication des italiennes est opposée à la rusticité anglaise.

L’envie de conduire une voiture sportive

La majorité des voitures actuelles sont confortables, rapides, sûres, lourdres, chères et sans grande saveur. Leur conduite ne nous procure plus les sensations que nous connaissions. Même les Alfa avaient vendu leur âme à l’ogre FIAT.

La prise de contrôle par FIAT de Alfa Romeo en 1987 a amené à la standardisation des plateformes (FIAT, Alfa, Lancia, Saab) et donc au passage à la traction avant au lieu de la propulsion. Ainsi, ce qui constituait la marque de fabrique des Alfa disparut.

Par conséquent, pour disposer en 2016 d’une Alfa à propulsion (avant la nouvelle Giulia), il était nécessaire de trouver une voiture d’au moins 26 ans ou de s’intéresser à d’autres marques à portée de bourse, telles que Mercedes-Benz, Jaguar ou BMW

Le souvenir des Alfetta

Certaines de mes voitures passées m’ont laissé un souvenir indélébile. C’est la cas de mon Alfetta 2000.

Je revenais d’une mauvaise expérience avec une berline très confortable à moteur Diesel (boulot oblige), alors quand j’ai ramené cette Alfetta à la maison, mamma mia !

Pourtant dans les années 80, les Alfa avaient une réputation de fragilité, de sensibilité à la rouille, …Le réseau Alfa était plutôt clairsemé et aléatoire. Bref, rien n’encourageait l’achat d’une Alfa d’occasion. C’est pourtant ce que je fis en craquant pour une Alfetta 2000 de la 2ème série ayant 75.000 Km. J’adorais la sonorité de ses montées en régime et j’appréciais sa tenue de route ainsi que ses freins. Je me suis régalé en maîtrisant les glissades de l’Alfetta sur la neige, bien aidé par la bonne répartition des masses.

L’Alfetta était vaillante, vacances dans le Sud, week-end en Ardenne, visite de clients. Un jour, un prospect à qui je faisais offre, et qui m’avait vu garer ma voiture, me dit que mes prix étaient élevés parce que je roulais en Alfa. Non mais, plutôt ne pas conclure d’affaire avec ce type.

L’Alfetta vieillisant, je fis l’acquisition (en encore seconde main) une Alfetta Quadifoglio Oro à injection Bosh (4ème série). Le plaisir était toujours au rendez-vous, un équipement très complet (il y avait même un ordinateur de bord), un confort amélioré, une plage de couple plus étendue mais la sonorité avait perdu une partie de son charme.L’injection en était la responsable.

Alfa ancienne, oui mais

La recherche d’un oldtimer s’apparente au parcours du combattant, en particulier quand on n’est pas un professionnel de l’automobile. Fort de ma petite expérience Alfa, je me suis confectionné une liste de points à contrôler. J’étais prêt à goûter encore une fois à l’aventure.

Recherche et achat (en avril 2016)

En privilégiant la proximité et la langue, le choix n’était pas très large. Ma démarche a été de déterminer un rayon plus large. Je cherchais une Alfa coupé ou un cabriolet d’au moins 30 ans en bon état, rouge évidemment, sans trop de km et financièrement accessible. Je l’ai trouvé dans une petite ville touristique allemande proche du GD de Luxembourg. Par chance, le propriétaire était d’origine italienne et avait travaillé en Belgique quelques années. Nos échanges en ont été facilités et notre négociation franche. La carrosserie avait souffert, mais rien de profond. Le châssis semblait sain. Le propriétaire disposait des factures d’entretien et sa situation familiale avait évolué. Un essai au volant, une réflexion autour d’une salade et … conclusion. Inutile d’aller chercher plus loin la machine idéale pour profiter du soleil de l’été.

L’immatriculation a nécessité deux visites à la douane et des frais étonnants (quelques centimes).

Ensuite, un gros entretien chez un spécialiste Alfa et le passage au contrôle technique, sans problème.

Première sortie les cheveux au vent (juillet 2016)

Un spider est par définition découvrable (ou convertible en anglais), alors puisque le soleil nous couvre de ses rayons, découvrons la belle. Le moteur démarre après trois essais. Hé oui, je l’avais oublié, ce sont des carburateurs qui l’alimentent.

Ce que je n’avais pas oublié, par contre, c’est qu’il est important d’attendre que le moteur soit bien chaud avant de pousser. Il y a 5 litres d’huile à réchauffer. Un grand nombre de casses et d’usures prématurées du moteur viennent du non respect de cette règle.

Nous mettons donc le cap sur Saint-Hubert, histoire de parcourir l’Ardenne. Nous avons à peine garé la voiture qu’une dame nous complimente pour notre auto. Voilà qui est plutôt flatteur.

Ne tirons pas de conclusion trop hâtive, ce n’est que notre première sortie.

Le virus Alfa.

L’année suivante le concessionnaire Alfa de Dinant nous suggère de participer à une concentration organisée par le club Quadrifoglio Belgio. Nous nous inscrivons et nous retrouvons en compagnie d’autres victimes du virus que l’on appelle les “alfitis“. Parmi eux, un certain Robert qui nous détaille son travail sur sa GTV6 2.5. Robert est collectionneur, mécano amateur mais il est capable de fabriquer à peu près tout ce qui entre dans la composition d’une Alfa. Je lui ai consacré un reportage.

Faites attention, quand un virus revient, il est plus fort.

L’Alfa spider face à ses rivales

Le Spider Duetto continue d’être confronté à d’autres cabriolets (ou coupés) par des magazines de voitures anciennes. Ces articles sont une source intéressante d’informations pour ceux qui hésitent dans le choix d’une voiture ancienne sportive. La concurrence des roadsters anglais est rude (Triumpf, MG, Morgan) ainsi que celle des latines comme elle (FIAT 124, Lancia Fulvia).

Aucun magazine ne se risque à départager ces voitures tant elles sont différentes et c’est heureux. La Fulvia est une traction, les autres sont des propulsions. Certaines anglaises ont un moteur 6 cylindres (Austin-Healey, Triumpf TR6, Jaguar). La Jaguar Type E ne joue pas dans la même cour, elle est très représentative du style “vintage“.

La star de cinéma.

En 1967, le film américain “Le Lauréat” (the Graduate) met en scène un jeune displômé d’université séduit par une femme plus âgée que lui. Dustin Hoffman est d’autant plus attachant qu’il roule en Alfa Spider Duetto.

(*) Les 4 versions du spider Duetto.

La première version a reçu le diminutif de “Os de seiche” (Osso di seppia) en raison de sa forme arrondie tant à l’avant qu’à l’arrière. Toutes les versions sont aussi appelées “araignée”. Donc si vous avez des araignées dans votre garage,….

La deuxième série dite “arrière tronqué” (coda tronca) apparaît en 1969 en réponse à la vulnérabilité aux chocs de la partie arrière. Cette version fut produite jusqu’en 1983, soit 51.819 exemplaires, ce qui constitue près de la moitié de la production toutes versions confondues.

La troisième série bénéficie d’un spoiler supposé améliorer l’aérodynamique d’où son nom “aerodinamica“, mais il est assez relevé et en caoutchouc noir, si bien qu’il est décrié par les puristes. Le kit Zemler le remplace avantageusement.

Enfin, la quatrième et dernière version (lancées en 1990) a été revue par Pininfarina pour un retour aux sources. Elle bénéficie entre autres d’une direction assistée et sera produite jusqu’en 1994.

L’essai de L’alfa-Romeo Spider 4ème série par les p’tits gars du vilebrequin..

Michel FERONT Auteur

Je suis passionné de moteurs et de voitures anciennes. Lorsque j'étais enfant, je vantais la qualité des moteurs Schas qui équipaient les motos que mes parents vendaient. Cette passion ne m'a jamais quitté, malgré une carrière dans le secteur de l'informatique, où les moteurs sont remplacés par les processeurs. Dans mon village, je suis connu comme le mec qui "fait" dans les vieilles voitures, ....

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *