La SIMCA Rallye 1

La Simca 1000 rallye est devenue rare lors des sorties de voitures anciennes. Bon nombre d’entre elles ont péri dans des accidents en tous genres (courses de côte, rallyes, dérapages incontrôlés). C’est pourtant une voiture qui a compté pour moi. J’en ai acheté une neuve en 1973 pour succéder à la Glas 1304 qui était agonisante. Un achat à crédit comme il se doit quand on est jeune marié et sans-le-sou.

Pourquoi une Simca 1000 Rallye 1 ?

Les critiques favorables lues dans des magazines automobile français ont certainement influencé mon choix, car je recherchais une petite voiture sportive, courante et pas chère. A l’époque Simca était une marque du groupe Chrysler.
Ses caractéristiques: Moteur 1.300 CC de 60 CV, suspension ferme, volant sport, direction précise, sièges baquets, phares anti-brouillard, capot avant noir mat, couleur orange à bandes noires, bref tout l’opposé d’une voiture discrète.
Par rapport à la berline standard, les suspensions de la Rallye avaient été revues, en particulier, les roues avant avaient un carrossage nul et les roues arrière avaient ce carrossage négatif prononcé (3 degrés) qui reste l’une des marques des tout-à-l’arrière des sportives. Ce réglage améliore en effet la stabilité de cap, spécialement par vent de travers, et facilite les corrections de trajectoire lorsque la voiture est en appui latéral prononcé.Toutefois, la Simca 1000 Rallye reste équipée d’une suspension avant à ressort à lames transversal, solution qui paraît déjà à l’époque dépassée. Toutefois, les techniciens de Simca sauront améliorer ce montage pour qu’il donne toute satisfaction, notamment en renforçant la fixation centrale du ressort afin d’encaisser les réactions induites lors des freinages et des accélérations. La suspension arrière est également renforcée, par soudage d’un renfort en tôle de 3 mm d’épaisseur à l’intérieur de la face des bras de suspension supportant les moyeux

La Simca 1000 Rallye est apparue lorsque la R8 Gordini disparaissait du catalogue de Renault au profil de la R12 Gordini. Aux les yeux des puristes, il est inconcevable de passer de la propulsion à la traction pour une voiture de sport. Avec son architecture similaire à la R8, la Simca 1000 Rallye apparaît comme la seule héritière possible. C’est le début d’une belle histoire d’amour avec les pilotes de tous poils. La Simca 1000 devient un véritable phénomène de société. Pour la marque Simca les retombées sont énormes. Non contente d’être la voiture à battre dans tous les rallyes, elle devient aussi la voiture indispensable à la sortie des lieux branchés à côté d’une Ferrari 365 GT/4 ??
La dénomination “Rallye 1” annonçait une suite, les Rallye 2 et 3.
La Rallye 2 apparaît 6 mois plus tard, Le moteur reste à 1 294 centimètres cubes, mais a pris deux carburateurs double corps ; la boîte à quatre rapports a été renforcée (dommage qu’il n’y ait pas une cinquième vitesse) ; la fixation des amortisseurs modifiée ; le freinage amélioré par des disques sur les quatre roues et un double circuit.
Une meilleure répartition des masses par transfert à l’avant du système de refroidissement (radiateur et ventilateur) bonifie une tenue de route qui n’était guère critiquable sur le précédent modèle.
Enfin, conformément aux règlements de la commission sportive internationale, le pare-brise est en verre feuilleté. La zone supérieure a été bleutée et incorporée à la glace.
Si la carrosserie de la 1000 d’origine a été renforcée aux portières, au capot, au toit et sur l’entourage de la vitre avant, la silhouette, légèrement plus basse, reste la même. Banalisée, c’est-à-dire peinte en une autre couleur que la teinte rallye (caisse jaune avec capot noir), la voiture va probablement surprendre pas mal de conducteurs sur la route . Car cette petite bombe cache 82 ch. sous ses tôles arrière, ce qui l’amène aux environs de 170 kilomètres à l’heure.
En décembre 1977, la Rallye 3 met un point final à l’histoire de la Simca 1000 Rallye. Reconnaissable à ses phares rectangulaires et à sa livrée blanche, elle adopte le kit SRT 77 dans une version de 103 chevaux homologuée. Seuls 1000 exemplaires seront fabriqués.

Il y eut aussi une Abarth-Simca 1300 GT destinée uniquement à la compétition, son moteur était un double arbre à cames (bialbero). Cette voiture participa notamment au Tour de France auto au mains de Pascal Ickx et de Mauro Bianchi. Nous en parlerons dans un prochain article.

Le premier choc pétrolier limite l’usage de la bombinette, patience, les vacances combleront ce vide. Je ne me suis jamais ennuyé au volant de cette voiture, elle a survécu à toutes mes escapades sportives. Seul accroc en 6 ans, un support d’alternateur cassé et réparé à Trieste dans une concession FIAT. Ma Rallye 1 mourut en paix, dépouillée de ses sièges baquets, que je gardai longtemps dans un abri de jardin.

Mais qui était SIMCA ?

SIMCA est l’ acronyme de Société de Mécanique et de Carrosserie Automobile.
La société a été créée en 1934 par Henri Théodore Pigozzi, un turinois installé à Paris, avec l’aide de FIAT. L’idée était de contourner les droits d’importation des voitures italiennes en assemblant les voitures en kit.
En 1936, la jeune firme française commença la production de la Simca Cinq, qui était en fait, la petite Fiat Topolino 3 cv, à carrosserie aérodynamique . Malgré les retards provoqués par les grèves du printemps 1936 le lancement de la Simca Cinq interviendra avant celui de la Topolino.

Simca poursuivit sa collaboration avec FIAT (son premier actionnaire) pour collaborer au développement d’un nouveau modèle.

Le projet 122 sera porté à son terme par Fiat pour créer la Simca 1000 sous le nom de projet 122-950, comme la cylindrée du nouveau moteur Fiat destiné à Simca. La Simca 1000 et la FIAT 850 sont les aboutissements de cette étude commune.

Sim’4

Entretemps, Simca avait contracté un accord avec Chrysler en vue d’exporter ses voitures aux US. Pour Chrysler, il s’agissait de trouver un partenaire européen ayant d’importantes capacités de production. Ce qui devait arriver arriva, Chrysler devient l’actionnaire majoritaire et M. Pigozzi fut licencié sans ménagement. IL en mourra quelques mois plus tard.

L’histoire de Simca devint ensuite plus tumultueuse qui entraînera son rachat par Peugeot. Les Simca devinrent alors des Talbot jusqu’à leur intégration complète dans le groupe PSA.

Vous pouvez lire l’histoire complète de Simca en suivant ce lien.

Michel FERONT Auteur

Je suis passionné de moteurs et de voitures anciennes. Lorsque j'étais enfant, je vantais la qualité des moteurs Schas qui équipaient les motos que mes parents vendaient. Cette passion ne m'a jamais quitté, malgré une carrière dans le secteur de l'informatique, où les moteurs sont remplacés par les processeurs. Dans mon village, je suis connu comme le mec qui "fait" dans les vieilles voitures, ....

Laisser un commentaire