La Ford Anglia 1959-1967

La Ford Anglia 105E (et 307E pour le break)


Cette voiture populaire des années 60 avait quelques singularités: une vitre arrière inclinée à l’envers, une grille de calandre inspirée de la Ford Thunderbird, des phares en position très avancée surmontés d’une casquette de tôle bordée d’un jonc en métal chromé et un moteur “supercarré” c’est-à-dire avec un alésage très important (80 mm) et une course courte (48mm). Sa cylindrée n’était que de 997 cc et sa puissance était de 39 cv. La modernité de ce moteur nommé “Kent” à arbre à cames latéral et soupapes en tête lui autorisait de hauts régimes, ce qui fit le bonheur des préparateurs et pilotes de Formula Junior. La boîte était une 4 vitesses synchronisées (sauf la 1ère), la suspension avant était à roues indépendantes Mc Pherson, à l’arrière, un pont rigide soutenu par des ressorts à lames. La voiture disposait de 4 freins à tambours.

Les 39 cv produits par le moteur peuvent paraître dérisoires aujourd’hui, mais l’Anglia ne pesait que 750 Kg, ce qui lui permettait d’atteindre les 120 km/h.

A l’intérieur, c’est l’ascétisme le plus pur. On y trouve le strict nécessaire, avec un agencement conforme au style extérieur. Néanmoins, c’est confortable, efficace. Deux trapèzes inversés font face à chaque passager avant et celui de gauche abrite le compteur et les témoins tandis que celui de droite abrite la boîte à gants. Entre les deux se trouvent les commandes de chauffage et des essuie-glaces.


Je me souviens bien de cette voiture car mon grand-père en possédait une en version “van” (ou “estate”). Il me laissa la conduire dès l’adolescence (dans des prairies), ce qui me permit de m’exercer à l’art du braquage / contre-braquage. Bien entendu, je m’étais porté volontaire pour le petit entretien de l’Anglia (les niveaux, la pression des pneus, l’antigel, le remplacement de l’huile moteur,…). J’ai beaucoup appris au volant de cette voiture bienveillante, surtout ce qu’il ne fallait pas faire.

L’Anglia reste populaire en Angleterre malgré le fait d’être née en même temps que l’icône de l’automobile anglaise, la Mini.
Aussi anguleuse que british dans l’âme, avec sa vitre arrière inversée qui lui procurait une certaine excentricité, la Ford Anglia a connu une reconnaissance tardive grâce à la saga Harry Potter . Elle est la voiture volante dans le film “Harry Potter et le chambre des secrets”.
Elevée au rang de star aux côtés d’Harry Potter, elle a vu sa cote se redresser brusquement auprès des collectionneurs – essentiellement britanniques, à vrai dire – au point de déclencher des réactions imprévues. En 2005, l’une des voitures (dépourvue de moteur) du film fut enlevée sur le parking de la société de production South West Studio, en Cornouailles. Elle fut relâchée six mois plus tard non loin de là, dans la cour d’un château du XIVe siècle, après un appel anonyme reçu par la police. Aucune rançon n’avait été réclamée.
Elle fut considérée longtemps comme une attachante, mais anecdotique, expression du kitsch automobile du tournant des années 1950-1960. L’alter ego de la Citroën Ami 6, qui, lancée en 1961, arborait elle aussi une lunette arrière inversée.

Michel FERONT Auteur

Je suis passionné de moteurs et de voitures anciennes. Lorsque j'étais enfant, je vantais la qualité des moteurs Schas qui équipaient les motos que mes parents vendaient. Cette passion ne m'a jamais quitté, malgré une carrière dans le secteur de l'informatique, où les moteurs sont remplacés par les processeurs. Dans mon village, je suis connu comme le mec qui "fait" dans les vieilles voitures, ....

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *