La Trabant du communisme au pays de l’oncle SAM.

Cette vidéo est surréaliste. Elle montre l’avis d’un jeune américain sur l’époque communiste.

Si vous le pouvez, prenez un masque à gaz et des boules Quies….

 

Après avoir vu la vidéo, vous réalisez ce qu’a pu être la vie derrière le Rideau de Fer.

La Trabant 601 (affectueusement appelée Trabi) est présentée en mars 1964. Elle a été fabriquée à 2 818 547 exemplaires. Il en existe encore au moins une en province de Namur, et elle roule.

“Ostalgie” : voilà le nom employé par les Allemands lorsqu’ils portent un regard nostalgique sur l’époque où le pays était divisé entre l’Est et l’Ouest. L’une des icônes automobiles de l’époque était bien sûr la Trabant.

En résumé.

La 601 avait un moteur 2 temps de 26 CV et une carrosserie en Duroplast, un matériau thermodurcissable composé notamment de phénol et de fibres de coton, utilisé pour pallier le manque d’acier. Il fallait 70 heures pour fabriquer une Trabant, ce qui représente un gain de 60 % par rapport à la fin des années 1950. Elle était équipée d’un système de roue libre débrayant le moteur à chaque décélération (et évitant ainsi le serrage des pistons).

Les concepteurs de la Trabi avaient trouvé des solutions simples et économiques (pas de pompe à carburant, pas de pompe à eau ni à huile), mais ils n’avaient pas été très souvieux de la sécurité des occupants; le réservoir d’essence est dans le compartiment moteur et n’est accessible qu’en ouvrant le capot, d’où des risques importants d’incendie lors du passage à la station d’essence et que dire des risques d’explosion en cas de collision frontale….

Au début des années 1980, il n’y a guère plus que les citoyens des pays de l’Est pour acheter encore des Trabant. Car si les Lada soviétiques, Škoda tchécoslovaques, Zastava yougoslaves, FSO polonaises et Dacia roumaines sont moins dépassées techniquement (moteurs quatre temps…), les Trabant sont encore les voitures les plus abordables parmi celles disponibles à l’Est.

Match Mercedes CL 600 contre Trabant 601; and the winner is

Et si vous êtes intéressé par cette SovietAuto, La Trabant 601: histoire d’un symbole de la chute du Mur

Michel FERONT Auteur

Je suis passionné de moteurs et de voitures anciennes. Lorsque j'étais enfant, je vantais la qualité des moteurs Schas qui équipaient les motos que mes parents vendaient. Cette passion ne m'a jamais quitté, malgré une carrière dans le secteur de l'informatique, où les moteurs sont remplacés par les processeurs. Dans mon village, je suis connu comme le mec qui "fait" dans les vieilles voitures, ....

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *