La 944, …. la mal-aimée de la famille Porsche

Il n’y a pas photo, lorsque l’on parle de Porsche à un puriste, la référence est la 911. Pour ceux qui ont de l’essence dans le veines, mais qui ont un budget limité, les PMA (Porsche à Moteur Avant) que sont les 924, 944, 968 sont pourtant une aubaine car elles quittent enfin le purgatoire. Longtemps appelée la “Porsche du pauvre”, leur cote d’amour est en pente ascendante.

Et Porsche fit sa révolution. 40 ans après les débuts de la 924, le Musée Porsche célèbre l’ère des Transaxle avec une exposition exclusive de modèles 924, 944, 968 et 928. Révolutionnaires en leur temps, ces sportives sont aujourd’hui les nouvelles vedettes du marché de la voiture de collection.

Transaxle est un mot-valise composé des termes anglais « transmission » et « axle », en français, transmission et essieu. Dans ce système, la force motrice du moteur entraîne l’essieu arrière grâce à un arbre de transmission installé dans un tube rigide. À l’époque, l’assistance électronique à la transmission n’existe pas encore et cette idée est résolument novatrice. Le résultat ? Une maniabilité et une tenue de route à toute épreuve.

La Porsche 944 est une voiture fiable au châssis terriblement efficace. Toutefois, il s’avère que sur des modèles au kilométrage élevé, la précision de conduite est moins bonne, que l’usure des pneumatiques est devenu irrégulière et que du jeu se manifeste un peu partout malgré de bons réglages des trains. Il faut en fait commencer par changer les silent-blocs des triangles et des barres de suspension. Intervention bénigne et peu onéreuse qui vous évitera de changer de pneus trop souvent. L’habitacle est conforme à la marque.

Aujourd’hui, il reste encore de nombreuses 944 sur les routes et le marché de l’occasion permet à nombre de passionnés de franchir le pas et s’offrir leur première Porsche, un événement qui marque souvent une vie. Rassurante par son comportement routier facile à appréhender, la 944 est moins exigeante que sa sœur 911. A n’en pas douter, c’est une vraie Porsche, facile à vivre et attachante malgré son gros 4 cylindres qui peut manquer de muscle et de prestige…

Michel FERONT Auteur

Je suis passionné de moteurs et de voitures anciennes. Lorsque j'étais enfant, je vantais la qualité des moteurs Schas qui équipaient les motos que mes parents vendaient. Cette passion ne m'a jamais quitté, malgré une carrière dans le secteur de l'informatique, où les moteurs sont remplacés par les processeurs. Dans mon village, je suis connu comme le mec qui "fait" dans les vieilles voitures, ....

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *